Charlie Hebdo, liberté et tolérance






Les faits


 Mercredi 07 janvier 2015 : Deux hommes se revendiquant d'Al-Qaïda, qu'on connaîtra comme les frères Kouachi, prennent d'assaut le siège de du journal satirique Charlie Hebdo, à Paris. Les fusillades font 12 morts et des blessés, dessinateurs, journalistes, policiers et civils. Les terroristes prennent la fuite et les autorités se lancent à leur poursuite.

 Jeudi 08 janvier : le lendemain, un complice des terroristes abat une policière à Montrouge (Sud de Paris). Le plan vigipirate est en code rouge dans toute la France, et en état d'alerte attentat en Île-de-France. 


 Vendredi 09 janvier : On apprend que les frères Kouachi se sont retranchés dans une imprimerie à Dammartin (Seine-et-Marne) et ont un otage. Quelques heures plus tard, leur complice prend en otage le personnel et clients d'une épicerie kasher Porte de Vincennes. L'assaut du GIGN et du RAID se fait simultanément sur les deux lieux. Les prenneurs d'atoges sont tués dans les opérations. On apprend qu'il y a quatre morts et plusieurs blessés à l'épicerie.


 Voilà les événements des 3 jours sanglants qui ont marqués le début de cet année 2015.




 Des millions de personnes à travers le monde se sont opposées à cet acte de barbarie.




Les victimes


L'affaire a fait 17 morts en 3 jours
 Cabu, Wolinski, Charb, Tignous, Honoré, Bernard Maris, Ahmed Merabet, Mustapha Ourad, Elsa Cayat, Frank Brinsolaro, Michel Renaud, Frédéric Boisseau, Clarissa Jean-Philippe, Yohan Cohen, Philippe Braham, Yoav Hattab, François-Michel Saadat.

Il y a aussi eu plusieurs blessés physiques et cette affaire en a beaucoup blessés psycologiquement, les témoins, les otages, la presse, les communautés (mais aussi tous ceux qui se sentent concernés de près ou de loin par des atteintes à leurs droits).


Pourquoi ces tueries ?

Dernier dessin de Charb,
directeur de
Charlie Hebdo

 Le journal Charlie Hebdo est connu pour ces caricatures et ses dessins qui peuvent être jugés offensants pour certaines communautés, en particulier sur le sujet religieux. 

 Les terroristes se revendiquent comme appartenant au groupe d'islamistes d'Al-Qaïda, qui a diffusé il y a peu une liste de personnes qu'ils voulaient morts ou vifs, dont Charb, qui était le directeur de Charlie Hebdo, faisait partie.
 Qu'on apprécie pas les caricatures faîtes par le journal est une chose, montrer son désaccord à coups de balles
 Cependant, la France a pour valeur la liberté d'expression et de la presse et les politiques comme les individus se sont mobilisés. 





Les réactions


- Je suis Charlie :

 Dès le mercredi après-midi, après l'attentat contre Charlie Hebdo, une foule s'est rassemblée place de la République à Paris pour rendre hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo et milité pour la liberté d'expression. Chaque jour jusqu'à la fait de la semaine a vu des rassemblements semblables.
 Le slogan "Je suis Charlie" est créé à cette occasion (le créateur du slogan le laisse dans le domaine public, jugeant qu'il ne lui appartient pas). Il est conjugué au pluriel par d'autres, et devient "Nous sommes tous Charlie", (référence à "Nous sommes tous des juifs allemands" de Daniel Cohn-Bendit en mai 68 ?).
 La presse reprend ces slogans, et toutes les caméras étaient tournées vers ces événements et leur déroulement


- Réactions internationales et Internet

 La France n'est pas la seule à s'être unie contre cet attentat. Des manifestations ont eut dans les rues de toutes les grandes capitales ont eut lieu de vendredi à dimanche. Il y a eu des hommages des organes de presses internationaux, des soutiens des différentes autorités religieuses et dirigeants du monde.
 Sur Internet, les réseaux sociaux ont été le centre de l'indignation contre la barbarie. Sur Facebook et Twitter, par exemple, les utilisateurs ont rendus hommage en prenant le pseudo de "Je suis Charlie" ou en mettant une image correspondante ou encore en utilisant de petits symboles représentants des crayons ou des stylos.



La Marche "Républicaine"


 Il y a eu au cours de cette semaine plusieurs rassemblement, officiels ou non, avec des gens de tous milieux, de tout âges, de tous partis, de toutes religions. Ils se sont dressés contre le terrorisme et la violence et ont milité pour la liberté d'expression et la tolérance religieuse.

 Afin de marquer clairement le coup, on organise un grand rassemblement à Paris, place de la République, où défileront des millions de gens et des politiques et dirigeants venus rendre hommage.

 Le 11 janvier 2015, les rues de toutes les grandes villes françaises se sont remplies, pas seulement à Paris. On estime qu'il y a eu autour de 3,7 millions de personnes dans les rues, chiffre exceptionnel.


 Le président appelle un certain nombre de personnalité politique à venir marcher.

 Parmi les politiques invités à marcher, on peut noter côté français Manuel Valls, Nicolas Sarkozy, Balladur, Jospin, Juppé, Raffarin, de Villepin, Fillon, Ayrault, Taubira, Royal, Spin, Pellerin.
 Du côté international, il invite des dirigeants du monde africain (Mali, Niger, Gabon, Tunisie, Jordanie...), et européen (Grande Bretagne, Allemagne, Italie, Espagne...).
  Absent français, le Front National n'est pas invité à marcher. La gauche radicale ne s'est pas jointe au cortège des dirigeants, mais Mélenchon et plusieurs grande têtes de parti ont manifestés à part.
 Absent aussi, le président américain Barack Obama, seule l'ambassadrice des États-Unis était présente. 


Mon avis sur les événements


 Le meurtre de ces 17 personnes est quelque chose d'horrible. Toutes mes pensées vont aux victimes et à leur familles.

 Ces actes ont étés commis au nom d'un groupe terroriste se revendiquant comme musulman. Mais la vérité est que c'est peut-être la communauté musulmane qui est le plus touchée par cette affaire, victime d'amalgames et de fausses accusations. 
L'attentat blesse toutes les religions
 Les communautés juives et musulmanes ont été très touchées par les événements. Et si les synagogues ont étés mises sous surveillance lors des événements, plusieurs mosquées ont étés endommagées, et des musulmans menacés. Un des policiers qui a été tué, Ahmed Merabet était lui-même musulman, et les terroristes l'ont tué.
 C'est pourquoi j'espère que les rassemblements et les messages divulgués ont fait comprendre cette vérité à tous : on ne tue pas au nom de la religion, quelle qu'elle soit.
 Rien ne me fait plus plaisir que de voir des juifs et des musulmans main dans la main. Il est temps que les gens apprennent à vivre dans le respect de l'autre. Oui, vous avez le droit de croire en quelque chose. Oui, votre voisin a le droit de croire en autre chose que vous. Et vous n'avez pas à mettre fin à ses jours parce qu'il est différent.
 La tolérance devrait être au centre de nos civilisations.


"Nation", de Martin Argyroglo
 Pour revenir à des pensées plus optimistes, j'ai trouvé ces rassemblements très touchants et porteurs d'espoirs sur l'humanité. Si les actes de quelques terroristes semblent avoir des conséquences irréversibles pour leurs victimes, c'est à nous de montrer que nous sommes meilleurs qu'eux et que nous pouvons être unis, que ce soit dans la rue ou dans nos esprits, contre les actes de haine, pour un monde meilleur. Espérons que cet engagement massif pour la liberté et la paix ne soit pas qu'un phénomène de mode et qu'une véritable prise de conscience a eut lieu...

 Pour la première fois depuis longtemps, j'étais fier d'être français, fier de voir qu'on honorait notre belle devise, trop souvent bafouée : Liberté, Égalité, Fraternité. 

 Par contre j'ai trouvé qu'il n'y avait rien d'aussi paradoxal que de chanter la Marseillaise pour faire passer un message contre la haine et la barbarie... Mais ça, c'est un autre problème...
 Cependant, ces mouvements de liberté ne doivent pas (et ne sont pas) rester privilège français mais doivent s'étendre au niveau mondial.



Un montage d'Obama passant devant
les dirigeants pendant la minute de silence

 Je suis un peu dégoûté par l'attitude des politiques et des dirigeants. La marche "républicaine" du dimanche 11 janvier m'a semblait n'être qu'un gros coup de pub, où chacun a essayé de récupérer l'événement...

 Déjà, je suis très déçu de l'absence d'Obama. Bon nombre d'américains sont aussi gênés par cette absence, une grosse erreur diplomatique.
 Ensuite, je trouve que c'est dommage qu'ils ne se soient pas mêlés à la foule, ce qui aurait fait passer un message d'égalité, de soutien et d'humilité. Je suppose que ça n'a pas été fait pour des questions de sécurité, mais au final on a l'impression qu'il y avait deux cortèges totalement différents, celui du peuple et celui des chefs d'états, qui ne poursuivaient pas le même but...
Il voulait se faire remarquer,
il s'est fait remarquer...
 La formation de leur cortège montre bien le problème, c'est une espèce de triangle laid, où on a essayé de mettre le maximum de personnes au premier rang...
 Et où certains, comme Nicolas Sarkozy, n'ont pas hésité à jouer des coudes pour être au premier rang... Les internautes ont détourné son action sur le #JeSuisNico le montrant avec des montages hilarants s'invitant à tous les événements majeurs, les peintures, les photos, etc... 

Bref, je pense qu'il faut prendre ça avec humour, mais l'attitude des politiques est décevante. Bien sûr, c'est bien qu'ils aient défilé, mais sans doute pas comme ils l'ont fait...




 Pour conclure, j'espère que cet événement, aussi sinistre soit-il, servira de catalyseur aux mouvements pour la liberté et pour la paix.

 Ils ont tenté de tuer Charlie Hebdo, ils l'ont rendu immortel. Ne laissons pas l'acte de quelques terroristes l'emporter sur nos libertés.


Dessin de Lucille Clerc

Quelques uns des nombreux hommages rendus aux victimes de Charlie Hebdo :
http://culturebox.francetvinfo.fr/expositions/evenements/crayons-contre-kalachs-les-hommages-en-dessins-a-charlie-hebdo-208979

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Repolitiser la non-binarité et le genre

Je suis non-binaire

L'anarchie, mouvement politique et modèle de société