Les Geeks : hier, aujourd'hui, demain





Geek...



 Voilà un mot qu'on entend de plus en plus... Si les médias de masse hésitent encore à prononcer ce mot controversé, sur Internet et dans les discussions pendant la pause de 12h, on en use (voir en abuse)... On l'utilise à tort et à travers, sans trop savoir comment le définir...
 Sur ce blog même, une catégorie d'articles est classée dans "Culture Geek".

 Mais alors, qu'est-ce qu'un geek ?

 Comment le geek a-t-il évolué ?
 Quelle est cette culture geek ?
 Et que le geek va-t-il devenir ?



Geek : définitions


- D'après Le Larousse

 nom (mot anglo-américain signifiant fou deFan d’informatique, de science-fiction, de jeux vidéo, etc., toujours à l’affût des nouveautés et des améliorations à apporter aux technologies numériques.

- D'après L'Internaute

 Personne ayant peu de vie sociale en raison de sa passion exagérée de l'informatique, des nouvelles technologies, de la science-fiction, ou encore des jeux.

- D'après Wikipédia Fr :

 Un geek est une personne passionnée par un ou plusieurs domaines précis, plus souvent utilisé pour les domaines liés aux « cultures de l'imaginaire » (le cinéma, la bande dessinée, le jeu vidéoetc.), ou encore aux sciences, à la technologie et l'informatique.

- D'après Wikipédia En

 The word geek is a slang term originally used to describe eccentric or non-mainstream people; in current use, the word typically connotes an expert or enthusiast or a person obsessed with a hobby or intellectual pursuit, with a general pejorative meaning of a "peculiar or otherwise dislikable person, esp[ecially] one who is perceived to be overly intellectual".
 Que je traduis par : Le mot geek est un terme d'argot utilisé à l'origine pour décrire une personne excentrique ou originale ; actuellement, il est connoté pour les personnes expertes ou enthousiastes ou bien obsédés par un hobby ou une quête intellectuelle, avec un sens général péjoratif de "personne étrange ou inappréciable, surtout parce qu'il pousse la réflexion trop loin"

 Voilà donc quatre définitions qui me semblent suffisamment différentes pour être comparées... Personnellement, je trouve que la définition du Wikipédia Fr me semble la plus juste sur ce que représente actuellement un geek.

 Ce qui en ressort c'est qu'un geek serait une personne qui serait profondément impliquée dans un sujet qui l'intéresse, dans une passion à laquelle il consacre une partie importante de son temps.
 Au delà de cet aspect de connaisseur pointu d'un ou plusieurs domaines, le geek est associé à plusieurs cultures, inspirées des mondes de l'imaginaires en particulier.
 C'est une sorte de culture alternative, de contre-culture, dans laquelle se reconnaissent les geeks, eux aussi associés à une figure d'exclus.


Nerd, Otaku, Gamer


 Voilà des mots qui sont souvent considérés comme des synonymes de geek. Il faut néanmoins nuancer.


- Nerd : le terme nerd est assez proche de geek, mais il désigne souvent plus la description physique qu'intellectuelle. Le stéréotype du nerd est un homme blanc pale, à lunettes, boutonneux et socialement maladroit.

 On l'utilise comme une alternative à geek, mais a une dimension péjorative supplémentaire. Je parlerai surtout de geek dans cet article, mais on pourrait aussi utiliser nerd dans certains cas.

- Otaku : c'est une appellation qui désigne plutôt le fan de cultures geek asiatiques, japonaises principalement, comme les mangas, les figurines, les personnages ou les jeux issus de ces fictions.


- Gamer : le gamer désigne un joueur, principalement de jeux vidéos, est qui peut être geek de ces jeux, dans le sens fortement impliqué.


 On parle aussi de no-life quand la passion du geek devient trop importante et empiète sur sa vie "normale", à laquelle il consacre de moins en moins de temps.




Les catégories de geeks


 La définition de geek a de nos jours perdu de son sens originel de personne passionnée, et désigne à présent plutôt la culture à laquelle il appartient.

 Ainsi, on peut séparer les différents types de geeks par une passion pour un univers imaginaire, dont voici une liste par catégorie (non exhaustive) :
Star Wars est peut-être l'oeuvre
"geek" la plus connue

- Le geek SF : il parcourt l'infinité de l'espace, voyageant à la vitesse de la lumière entre Star Wars et Star Trek. Il parle couramment le klingon et sort accompagné d'une serviette comme lui a appris Douglas Adams. Il a envisagé tous les scénarios possibles de notre futur par les œuvres d'anticipation.

 Le geek SF (pour science-fiction) a donc généralement une connaissance pointue des univers futuristes et de technologies plus avancées que la nôtre. 
The Lord of the Ring
est LA référence
en Heroic Fantasy

- Le geek HF : Pendant du geek SF, le geek heroic fantasy remplace le sabre laser par Excalibur, les vaisseaux spatiaux par des chevaux et des dragons et le pewpew des lasers par le woosh de la magie.

 Il se retrouve très souvent dans les univers médiévalo-fantastiques tels que Le Seigneur des Anneaux, Donjons & Dragons, Game of Thrones et autres légendes arthuriennes. Il vit dans un monde de dragons, de fées, d'elfes, de nains, de chevaliers et de magie.

 On pourrait résumer les geeks comme appartenant à ces deux premières catégories, mais il faudrait y rajouter les univers qui ne s'y identifient pas vraiment, comme le survival horror plein de zombies ou bien le Steampunk (ou rétro-futurisme) qui est une réalité alternative de notre univers, qui prend place durant l'époque de l'Angleterre victorienne, dans laquelle le monde s'est développé par la vapeur (steam) plutôt qu'avec l'électricité.


 Voici quelques spécialisations supplémentaires par types de médias sur lequel se diffusent ces univers, qui prennent souvent part d'une des deux premières catégories :


- Le geek informatique : c'est un peu le geek des origines, puisque les premiers à se faire traiter de geeks furent des gens spécialisés dans le domaine informatique. Il est maître dans la programmation, pourrait vous hacker en deux clics, mais rassurez-vous, il ne vous insulte pas quand il parle de bits ou de javascript.
Les JDR peuvent durer des heures,
voir des semaines

- Le geek rôliste : il est spécialiste en jeux de rôles, que ce soit en jeu papier, plateau, vidéo ou GN (grandeur nature). Le plus connu reste Donjons & Dragons, mais en il existe un nombre impressionnants de ces jeux qui se pratique le plus souvent en groupe et qui se déclinent sur plusieurs plateformes, dans des univers parfois créé de par soi-même.

- Le geek littéraire : il préfère ses univers fantastiques entre les pages d'un livre que sur un écran (qui sont souvent des adaptations de ces écrits). Ses idoles s'appellent H. P. Lovecraft, Isaac Asimov, Robert E. Howard, J. R. R. Tolkien, Douglas Adams ou encore Terry Pratchett (R.I.P. Il est mort ce jeudi 12 mars). 

Marvel vs DC

- Le geek Comics : Ses univers se trouvent dans les bandes dessinées américaines, ces comics qui mettent en valeur des héros aux supers muscles saillants et aux super-pouvoirs supers géniaux. Il choisit son camp entre DC Comics et Marvel Comics, a son super-vilain préféré et cherche le caméo de Stan Lee dans chaque film qu'il voit.

On reconnait souvent un otaku
 à la décoration de sa chambre...

- Le geek Otaku : comme je l'ai présenté plus haut, l'otaku est un geek de culture asiatique, en particulier de mangas, animes, figurines, etc. Il aime les concerts de Hatsune Miku, a vu et revu tous les épisodes de ses (interminables) animes préférés, soutient souvent que "l'anime est bien, mais le manga est beaucoup mieux" et il deviendra dangereux en présence de quelqu'un qui a seulement vu la VF.


- Le geek Gamer : celui-ci préfère les jeux-vidéos. Il se défendra souvent d'être un vrai hardcore gamer, de jouer à des "vrais jeux de bonhommes", hait Candy Crush, vénère Hideo Kojima, a terminé et speed run maintenant Dark Souls, et il est niveau 100 sur tous les jeux qui permettent d'aller jusque là.

Des cosplayers d'Harley Quinn et
du Joker

- Le geek Cosplayer : le cosplay est une façon très originale et personnelle d'exprimer sa passion : en fabriquant ses propres costumes afin d'incarner un personnage de ces univers imaginaires. C'est ce qu'indique cosplay, contraction de costume et player.



 Bien sûr, tout ça ne sont que des exemples, avec quelques titres classiques illustrant chaque catégorie et n'effleurant que la surface de ces cultures très riches. 


 J'ai peu parlé de musique, films ou séries, (en tout cas, je n'en ai pas fait de catégorie) puisque ce sont des pratiques qui sont très largement démocratisés alors que le geek se complaît dans un certain élitisme, de passions difficilement accessibles ou de cultures underground.




De la honte des losers à la geek pride


  Aux origines, geek est une insulte, qui désignait le type un peu intello, celui qui est pris en dernier dans les équipes de sport et qui préférait passer du temps dans des univers de l'imaginaire que de faire du sport.


 Étymologiquement, il semblerai que le mot geek dérive du vieil allemand geck qui signifie le fou, l'idiot du village. On parle de gecken aux XVIIIe siècle pour désigner les monstres de foire, les freaks qui fascinaient par leur étrangeté.
 Il est utilisé au XXe siècle dans les collèges, lycées et universités pour désigner les élèves "intellos", meilleurs que les autres, en particulier en maths.
 Geek a donc d'abord un sens péjoratif. Les geeks sont alors exclus par leur différence et se réfugient dans les mondes de l'imaginaires.



 Mais avec la mondialisation et l'évolution des moyens de communication, ces geeks isolés ont pu se rencontrer et apprendre qu'ils n'étaient pas seuls. Ils ont alors pu partager leur passion et se créer une communauté.


 Les années 1970 voient le développement et l'affirmation de la culture geek est certainement lié à des succès commerciaux de "classiques geeks", dont le plus important est sans doute Star Wars, dont le premier épisode paraît en 1977 et démocratise complètement la culture geek.



 En 1972, le premier jeu vidéo commercialisé, Pong, est un succès planétaire. La parution de Dungeons & Dragons en 1974 a un succès non négligeable chez les rôlistes. La série Star Trek qui existe depuis 1966 devient culte.


 La BD se développe elle aussi : en France, le magazine Métal Hurlant (créé par un ancien de chez Pilote) publie son premier numéro en 1975.
Lui n° 182, mars 1979

 Sur les télévisions françaises, des dessins animés venus du Japon ont un grand succès chez les jeunes générations, avec Goldorak ou Candy à partir de 1978.
 Des polémiques sont lancées dans lesquelles on dénonce (dans un style qui peut rappeler certains polémistes actuels) une culture japonaise violente et stupide, qui détourne les jeunes de la grandeur de la culture française...

 L'affirmation de ces cultures geeks continuent dans les années suivantes, avec la démocratisation des ordinateurs dans les foyers, le cinéma et la télévision qui proposent la découverte de nouveaux univers.

 Le cinéma permet de grandement démocratiser la découverte de ces cultures : Conan le Barbare en 1982, Retour vers le futur en 1985, Batman (de Tim Burton) en 1989, Matrix en 1999, Le Seigneur des Anneaux en 2001, etc.

 Ce sont souvent des adaptations qui ont fait connaître à de nombreuses personnes le matériau originel et les ont fait s'identifier à cette culture.

 Énorme évolution dans les années 1990 et 2000 pendant lesquelles les ordinateurs se sont répandus et Internet commence à être utilisable par tout le monde. Les geeks, souvent des génies de l'informatique, sont les maîtres de ce nouveau média. Ils peuvent par ailleurs communiquer entre eux, sans être gênés par les distances.

 Le phénomène geek s'internationalise véritablement.

 Depuis les années 2000, les geeks ne sentent plus seuls, ils font partie de communautés de plus en plus importantes. Alors que les technologies du virtuel se développent, les geeks dominent et perdent peu à peu leur image de loosers pour celui d'un type un peu étrange, mais sympathique. 

 En témoigne le succès de grands geeks qui ont bouleversé l'organisation actuelle de notre monde, qu'ils s'appellent Bill Gates, Steve Jobs ou Mark Zuckenberg. 

 Depuis cette dernière dizaine d'années, il s'est véritablement développé une geek pride, une fierté d'être geek

 "Geek" perdait son sens de freak et devenait presque un synonyme de cool. Cette passion n'était plus une honte à cacher, mais une culture à assumer et arborer



 Aujourd'hui, alors que les nouvelles technologies ont pris une place primordiale dans nos vies et que nous les utilisons de plus en plus, on se met à désigner ceux qui passent du temps sur un écran comme un geek, ce qui peut reprendre un aspect négatif quand il empiète sur la vie sociale d'une personne.

 Mais cette définition ignore l'aspect culturel du geek. Cependant, le fait que ce mot soit utilisé à tors et à travers a permis au geek de perdre son aspect de personnage véritablement exclu, différent. Aujourd'hui, tout le monde est plus ou moins geek.




Représentations du geek


 Étudions maintenant les représentations des geeks et l'image que les différents médias nous en donnent.


 Sur les postes de télévision, les informations n'ont pas toujours été très tendre avec les geeks.

 Ils ont souvent été victimes d'amalgames dans de sombres histoires de meurtres et suicides. Il suffit que le responsable joue aux jeux vidéos pour qu'on blâme les événements sur ce média, qui l'aurait rendu violent et capable de faire du mal.
 Il va sans dire que le problème viens des individus en eux même dans ces cas-là. Se serait comme blâmer un sportif de haut niveau qui aurait commis un meurtre d'être la faute de son activité qui le pousse à aller toujours plus loin.

 Toujours sur le sujet des jeux vidéos, des journalistes les ont décris comme des activités dangereuses et les joueurs comme des abrutis coincés derrière leurs écrans. C'est le cas du fameux "meuporg" pour désigner les MMORPG (jeux de rôle en ligne massivement multijoueur), qui est devenu un running gag dans la communauté comme exemple de l'ignorance de ces journalistes sur leur sujet.

 Mais depuis peu, la télévision commence à reconnaître une légitimité au phénomène et à la culture geek. France 4 a souvent des programmes qui touchent à la culture geek. Les chaines câblées de Game One et Nolife y sont entièrement consacrés. 

 Arte, qui avait fait polémique dans une désastreuse émission de philosophie sur le jeu vidéo, s'est bien rattrapé et a su faire honneur à la culture geek en en parlant sans la considérer comme inférieure.
 BiTS, une émission présentée par Rafik Djoumi, nous parle ainsi chaque semaine d'un aspect de ces cultures geek, dans un respect et une passion admirable.




 De nombreux films ou dessins animés avec pour personnages centraux un groupe d'amis comportent très souvent un geek. A côté du type cool que les filles adorent, se tient un petit bonhomme timide, habillé par sa mère, celui qui est à la traîne qu'on il faut courir et qui cite des grands hommes ou des lois mathématiques quand on lui demande son avis.
Vera, Samy, Scooby-Doo,
Fred et Daphné

 En effet, le geek est souvent relégué au second plan, c'est le copain du héros principal, celui qui le suit et que se rendra utile à un seul moment où il arrêtera d'être geek pour faire quelque chose de courageux.  

 Le geek est plus rarement une femme : c'est le cas de Vera dans Scooby-Doo. Elle est un peu le cerveau de l'équipe, c'est souvent elle qui trouve en premier la solution de l'énigme. 

 Mais le geek n'est jamais mis sur le devant de la scène, il est au second plan au sein d'un groupe, un peu exclu.


La vie de ces 4 geeks se trouve
bouleversée quand la belle Penny
emménage à côté de chez eux
 Big Bang Theory est peut être la première série à faire des geeks les héros de l'histoire. Nous suivons les aventures de quatre jeunes hommes identifiables comme des caricatures de geeks par leurs références culturelles et leur connaissance pointue du domaine scientifique.
 Cependant, la série fait peut-être rire plus en se moquant des geeks qu'en riant de ce qu'ils se disent, des propos qui échappent à la majorité du public.

 Sous le masque de Spider-Man, se cache un geek en puissance. Si l'homme araignée a le pouvoir de stopper les vilains dans ses toiles, Peter Parker est un jeune garçon doué en sciences, qui manque de confiance en lui et qui est le souffre-douleur de ses camarades.

 Les geeks s'identifient facilement à se personnage et rêvent d'avoir comme lui un super-pouvoir qui montrerai qu'ils sont capables de faire quelque chose d'héroïque ou tout simplement d'exister. 


Néo apprend à percevoir le monde
comme un programme informatique
 Le geek peut aussi être montré comme un personnage dominant, puissant, qui apprend à maîtriser une aptitude que lui seul maîtrise.
 C'est souvent l'image du hacker : par exemple le jeune David Lightman dans WarGames, un génie pirate informatique qui menace de lancer le conflit atomique en période de Guerre Froide.
 Néo, dans Matrix, symbolise aussi le pouvoir du geek : il apprend que le monde dans lequel nous vivons est un grand programme informatique est que la réalité est dominée par les machines. Néo doit alors sauver l'humanité de la tyrannie des machines, car il est l'élu.
Je conseille vraiment
ce film !

 De nombreux réalisateurs se disent aujourd'hui appartenir à la culture geek, comme Joss Whedon ou Peter Jackson.

 Le britannique Edgar Wright a réalisé Scott Pilgrim vs the World, dans lequel il rend un véritable hommage à la culture geek. 

 Les geeks utilisent des images pour se représenter eux mêmes et définir leur mode de vie, leur culture.




 Voici deux images que les geeks utilisent pour se revendiquer comme tel : 


L'évolution de l'homme-geek

 Cette représentation peut sembler réductrice, puisqu'on pourrait croire que l'Homme régresse vers un stade moins avancé de son évolution.
 Cependant, pour les geeks, l'Homme est au contraire suffisamment avancé pour se détacher des problèmes du monde physique pour se consacrer au travail du cerveau, à l'intelligence, à l'imagination et les mondes qu'elle peut créer.


Homme Femme Geek
 Cette image du geek est de plus en revendiquée. En effet, le monde geek est principalement peuplé d'hommes et les femmes ne sont qu'une minorité. De plus, les univers geek sont très souvent teintés d'un certain machisme, avec des héros masculins dont le but est de sauver une pauvre femme en détresse.
 Mais le nombre de "geekettes", comme on les appelle parfois, grandissant et les geeks souhaitant s'ouvrir à un public plus large, ils revendiquent le fait d'être geek comme une alternative aux sexes opposés, autorisant les gens de tous sexes à devenir geek.



Geek en 2015


 Que sont les geeks aujourd'hui ?


 Comme je le disais plus haut, je pense que de nos jours, tout le monde est plus ou moins geek. L'utilisation massive des nouvelles technologies dans nos vies nous oblige à côtoyer la culture geek, qui s'est grandement démocratisée.

 Nombre des hommes les plus puissants de la planète se sentent proches du phénomène geek. Par exemple; suite au décès de Léonard Nimoy, l'acteur qui jouait Mr Spock dans Star Trek, Barack Obama lui a lui même rendu hommage en reconnaissant le phénomène geek et son influence.

"Bien avant qu'être nerd soit cool, il y avait
Leonard Nimoy"

 On croise partout dans les rues des gens arborant le symbole de Batman ou Superman, on commence à écouter de la musique de jeux vidéos dans les transports en commun, le film Avengers a battu plusieurs records cinématographiques...

 Les films et les séries, comme Harry Potter ou Game of Thrones, qui ne sont pas seulement destinés à un public geek ont un succès fou et permettent de découvrir ces univers de l'imaginaire.
 Les jeux vidéos sont de plus en répandus et faciles d'accès, notamment par le biais de nouvelles plateformes plus accessibles comme les portables, tablettes et autres smartphones.
 L'e-sport est devenu un type de sport à part entière, qui est déjà diffusé sur les télévisions asiatiques et gagnent de plus en plus d'adeptes en Occident.
 Les conventions typées geek sont très nombreuses et ont lieu partout sur le globe, avec un public assidu et convaincu.

 Sur Internet, on ne compte plus le nombre de geeks se revendiquant comme tels.
 Youtube, la plateforme d'expression par vidéo la plus utilisée du web regorge de chaînes liées à ces cultures geek, que ce soit pour les plus connus dans les sketchs de Smosh ou le gaming de Pewdiepie.
 Les "podcasteurs" francophones de Youtube à succès abordent eux aussi le sujet, comme c'est le cas du plus connu, Cyprien.
 Les réseaux sociaux rassemblent de grandes communautés de geeks, partageant, discutant et débattant de leurs cultures.
Schéma donnant une interprétation
des classifications

 Mais aujourd'hui on a aussi l'idée qu'il y a des vrais geeks et des faux geeks. Au sein même de la communauté, des schémas montrent ce que serait un geek ou des exemples de hiérarchie classant les cultures geeks.
 Quand ces débats se font à coup de "je préfère", pas de soucis, mais c'est bien plus souvent des "X est mieux que Y", "Z est nul car", etc.

 De plus, les geeks ne sont pas toujours très accueillants ou ouverts : pour certains, si on ne sait pas répondre à certaines questions, comme "Pourquoi 42 ?", "Qui a écrit les musiques de Mario et Zelda ?" ou "Quel est le vrai nom de Gandalf ?", on ne sera pas considéré comme un vrai geek (la réponse à la vie, l'univers et le reste dans H2G2, Koji Kondo, et Olórin, si ça vous intéresse...).

 D'autres encore considérerons qu'il faut avoir souffert, avoir parcouru un espèce de chemin initiatique passant par l'exclusion, la découverte des univers de l'imaginaire et leur connaissance par cœur, avant d'être accepté comme un vrai geek... 


 Comme souvent, le principe de communauté n'est pas entièrement positif...


Quel futur pour les geeks ?


 Enfin, interrogeons-nous sur l'avenir des geeks.

 Les geeks sont de moins en moins une minorité. Les jeunes geek ont grandi et peuvent maintenant partager leur passion avec leurs enfants, faisant à leur tour grandir les nouvelles générations dans ces cultures.
 S'ils étaient majoritairement un groupe de quelques jeunes hommes au départ, il y a maintenant des geeks de tous âges, sexes, classes sociales, origines, etc

 Je suppose (et espère) que cette ouverture va continuer.

 Certains y voient la fin de la "vraie" culture geek. S'il est vrai que cette culture s'est construite dans l'opposition, le refus et comme underground, je pense qu'elle s'accorde parfaitement avec ce que le monde pourrait devenir.

 Mais les geeks ne sont plus spectateurs de ce qu'ils aiment et participent de plus en plus activement à créer de nouveaux univers. Je pense que le futur de ce phénomène se trouve là-dedans, la production par les geeks eux-mêmes de cette culture chaque jour plus riche.
 Je pense qu'Internet jouera un rôle capital dedans : c'est déjà le cas, comme on peut le voir par exemple dans la web-série française Le Visiteur du Futur, une histoire géniale mise en scène par un groupe d'amis et diffusée gratuitement sur Internet.




 Cette démocratisation du geek est cependant à nuancer : une majorité de gens ne savent pas ce que c'est sinon "un mec sale qui passe sa vie devant son ordinateur". Le geek ne s'est pas encore détaché de sa vieille image, qui est d'ailleurs toujours revendiquée par certains comme identitaire. 

 Mais je pense que cette évolution devrait se faire relativement rapidement, dans les années à venir...

 Je pense qu'il faut quand même que certains aspects de la culture geek ne perdraient rien à évoluer, en particulier au niveau de la dominance de l'imagerie machiste qui a encore trop peu d'exceptions...




Conclusion


 Nous avons donc vu que le geek, au-delà d'être décrit comme un simple abruti derrière son ordinateur, ne pouvait pas être clairement défini tellement les passions et cultures qu'il recouvre sont différentes et riches.

 Geek c'est avant un tout une identité, une communauté et une culture.

 Moi-même, qui ait pourtant horreur d'être classé dans une case, je ne rechigne pas à me dire geek.

 Ce n'est pas pour rien qu'une bonne partie de mes articles sur ce blog sont classés "Culture Geek", mais j'espère que vous avez compris que ce singulier est critiquable...

 Soyez geek ! Le geek que vous voulez, mais geek, c'est cool ! ;-)



Pour finir, est-ce que vous vous sentez geek ? Pourquoi ? 
Comment le définiriez-vous ?
Quel aspect du phénomène geek préférez-vous ?


Merci d'avoir lu !

Commentaires