Terry Pratchett (1948-2015)




 Cet article est un hommage à Sir Terry Pratchett, décédé le 12 mars 2015.


Dessin de Paul Kidby


 Quand il s'agit de choisir ce que je préfère, j'ai souvent du mal à me décider... Mais en littérature, mon auteur préféré est (était...) sans doute Terry Pratchett.
 On le décrit souvent comme un écrivain qui aurait fusionné Tolkien et Monthy Python dans l'univers absurde de ses livres.

 Bien que je n'ai pas encore lu tout ce qu'il a pu écrire, je pense en avoir fait assez pour vous le présenter et, j'espère, vous donnez envie de le lire...




BIOGRAPHIE

 Terence David John Pratchett est né le 28 avril 1948 (67 avant la publication de cet article) en Angleterre, dans le Buckinghamshire, au Nord de Londres. C'est un élève plutôt moyen, mais il aime la lecture, puis se passionne pour l'écriture. Il écrit son premier livre, Le Peuple du tapis, à 17 ans qui est publié 3 ans plus tard.

 Il s'oriente vers le journalisme, tout en continuant d'écrire : La Face obscure du soleil et Strate-à-gemmes, des romans de science-fiction, sont publiés en 1976 et 1981.
 Mais son succès démarre avec la publication du premier tome du Disque-Monde, La Huitième Couleur, en 1983. Il se consacre alors à l'écriture, à raison d'en moyenne 3 livres par an, classés parmi les meilleures ventes en Angleterre en vendant plus de 10 millions d’exemplaires.

 Il rencontre Lyn et ils se marient en 1968. En 1976, ils ont une fille, Rhianna, qui est aujourd'hui scénariste de jeux vidéos.
 Il prétend que ses passions sont "l'écriture, la marche, les ordinateurs, et la vie".
 Il se dit humaniste et s'engage notamment dans la British Humanist Association et la National Secular Society.

 Ses romans reçoivent de nombreux prix et les médias n'hésitent pas à le comparer aux plus grands écrivains anglais.

Terry Pratchett en 2008

 Le 31 décembre 2008, il est nommé Knight Bachelor et est anobli par la reine, d'où son titre de "Sir Terence".
 Il plaisante à ce propos en annonçant qu'il avait atteint la consécration dont rêvent tous les auteurs de fantasy en devenant chevalier et entend acquérir un cheval et une épée (qu'il a faite forgée avec du minerai de fer et des morceaux de météorite !) pour compléter sa panoplie.
  
 L'univers créé dans ses livres passionne de nombreux fans internationalement. Ses Annales du Disque-Monde sont adaptés sur plusieurs plateformes : en films, en animation, en jeux, etc.

 En 2007, il apprend qu'il est atteint d'une forme rare et précoce d'Alzheimer dont il tente de plaisanter, mais qui le gêne énormément dans sa vie et l'écriture de ses romains.
 Il reste optimiste en annonçant qu'il espère pouvoir écrire encore quelques livres, mais pousse au débat sur l'euthanasie en entamant une procédure de "suicide assistée" en 2011.
 Son dernier roman du Disque-Monde est terminé dans l'été 2014 et il ne se sent plus en mesure de continuer. 
 Il meure de sa maladie le 12 mars 2015, à 66 ans.


LES ANNALES DU DISQUE-MONDE

 Terry Pratchett est surtout connu pour la série de livres qui compose la majeure partie de son oeuvre : les Annales du Disque-Monde ou Discworld dans sa version originale.
 Elle est composée de 40 volumes (d'en moyenne 300 pages chacun), dont le premier est publié en 1983 et le fait connaître du grand public (de fantasy mais il ratisse aussi plus large).

 On pourrait classer les Annales du Disque-Monde comme heroïc fantasy, mais aussi comme parodie satirique, humoristique.  En effet, elles abordent avec humour des thèmes contemporains à travers les aventures de personnages évoluant dans un monde médiévalo-fantastique absurde, allant jusqu'à se parodier elles-même...

Illustration de pumpkindante

 L'univers du Disque-Monde est complexe, étendu, et pousse l'absurde aussi loin que possible.
 Le monde sur lequel se déroulent les histoires est celui d'une Terre plate, un grand disque reposant sur le dos de quatre éléphants, eux mêmes se tenant sur le dos de la tortue géante, A'Tuin.
 Le Disque-Monde est majoritairement plat, sauf en son centre, où un pic de 20 km de haut sert de demeure aux dieux de ce monde.
 Il existe plusieurs continents, différents pays, mais la plupart des histoires se déroulent à Ankh-Morpork, la ville la plus sale et la moins sûre du Disque car elle est partagée entre différents groupes, guildes, institutions, comme l'Université de l'Invisible, qui regroupe de dangereux (surtout pour eux-mêmes) mages.

Un guide de lecture du Disque-Monde, bien que chaque 
histoire soit abordable dans n'importe quel ordre


 Les romans peuvent se lire dans n'importe quel ordre, mais il y a quand même une chronologie, qui récompensera les lecteurs assidus avec la joie de retrouver leurs personnages préférés, sans laisser les nouveaux lecteurs dans l'incompréhension, chaque aventure étant indépendante des autres.

 Les personnages attachants et plus absurdes les uns que les autres font toute la saveur des aventures qu'ils doivent (souvent malgré eux) affronter. 
 Parmi les personnages principaux récurrents, on peut compter :
 - Rincevent, un "maje" (comme c'est écrit sur son chapeau), le plus mauvais représentant de l'Université de l'Invisible, n'ayant jamais pu lancer un seul sort correctement.
 - La Mort, qui ne parle d'elle qu'au masculin, qui a la dure tache de séparer l'âme et les corps des mourants et dont on reconnait les paroles sans que sois mentionner son nom car elle (il) s'exprime uniquement EN MAJUSCULES.
 - Les sorcières, Mémé Ciredutemps, Nounou Ogg et Magrat Goussedail (puis Agnès Créttine) qui forment la trinité du couvent.
 - Les membres du guet d'Ankh-Morpork qui veillent avec plus ou moins de succès à la sécurité de la ville, composé principalement de Vimaire, Côlon, Chicard, et Carotte.

 Il y a de plus toute une ribambelle de personnages secondaires qu'on a le plaisir de retrouver au cours des romans, comme le bibliothécaire orang-outan, le Patricien Vétérini, le majordome de la Mort, Albert, le touriste Deux-Fleurs et bien sûr, la tortue géante A'Tuin.

Illustration de Marc Simonetti

 Ce qui fait le succès de Terry Pratchett, c'est son aptitude à offrir un monde passionnant dans un univers de fantasy étendu tout en abordant par l'absurde les problèmes de notre temps, dans un style burlesque et satirique.
 L'humour est présent sur chaque page, que ce soit dans le texte ou dans les annotations de bas de pages, avec l'emploi intensif de jeux de mots, d'humour noir et surtout absurde. Il n'hésite pas à briser le quatrième mur en s'adressant directement au lecteur et utilise le support du livre d'une manière plus qu'originale (la Mort parlant uniquement en majuscules en est un bon exemple).

 La traduction de l'anglais au français par Patrick Couton est parfaitement adaptée au style de Terry Pratchett, qui retranscrit habilement les gags, jeux de mots ou noms, ce qui n'est pas un exercice facile.

 En plus des romans, Terry Prachett développe l'univers du Disque-Monde à travers des livres "bonus" comme Le Vade-Mecum (une encyclopédie reprenant des éléments des 16 premiers romans) et La Science du Disque-Monde (qui mélange vulgarisation scientifique et narration).

 Bref, je recommande à tous les amateurs de fantasy, d'humour absurde, anglais, et satirique qu'il ne l'ont pas encore fait de découvrir cette série de livres excellents.


SES AUTRES ÉCRITS

 Outre le Disque-Monde, Terry Pratchett a écrit d'autres romans et nouvelles.
 Je n'en ai pas lu beaucoup et ne suis donc pas le mieux placer pour en parler, mais je conseille grandement Le Grand Livre des Gnomes, qui est la trilogie avec laquelle j'ai découvert Terry Pratchett.

 Il a écrit pour la jeunesse, notamment avec les Aventures de Johnny Maxwell.


TERRY PRATCHETT ET LA MORT

 Comme expliqué dans la conférence Shaking Hands With Death pour la BBC, Terry Pratchett a une relation compliquée avec la mort.



 La Mort est un des personnages les plus intéressants du Disque-Monde, étant présenté(e ?) comme un honnête travailleur, qui aimerait juste être comme tout le monde.

Couverture française de
La Mort du Disque-Monde
 Terry Pratchett la représente comme une Grande Faucheuse tout ce qu'il y a de plus commun dans les représentations de la Mort, mais la ressemblance s'arrête là.
 L'absurdité de cette figure se voit très bien au niveau du choix de son cheval : Bigadin, un cheval qui est blanc, car après avoir mis le feu avec des chevaux de flammes, s'être écroulé sur des chevaux squelettiques et avoir perdu tous ses chevaux noirs quand le travail est de nuit, la Mort a décidé que le plus simple était un cheval blanc.
 Bref, la Mort du Disque-Monde est personnage hilarant, perpétuellement tourné au ridicule par Terry Pratchett, non sans une certaine compassion.

 Après qu'on lui ai à tort diagnostiqué une perte au cerveau suite à un AVC, il apprend en décembre 2007 qu'il est en fait atteint d'une forme rare et précoce d'Alzheimer, qui compliquent ses capacités motrices et l'écriture de ses livres. 

 Il tente de réagir avec humour et optimisme, mais sa santé se dégrade.

 En 2009, il explique qu'il souhaiterai un "suicide assisté" (terme qu'il n'approuve pas, il parle de assisted death) avant que sa maladie ne l'emporte sur lui. Il souhaite organiser des débats sur l'euthanasie afin de la légitimer et la légaliser sous certaines conditions.


 L'euthanasie est un sujet polémique, que ce soit en Angleterre, en France, ou partout dans le monde.

 Il est vrai qu'il s'agit de donner la mort à un être vivant, sujet délicat, mais dans le but d'offrir à un malade une fin digne et honorable plutôt que de survivre quand le cœur n'y est plus.

 Il fait connaître son opinion avec la diffusion à la télévision anglaise du très émouvant documentaire Choosing To Die en juin 2011, alors qu'il a lui-même commencé des démarches auprès de l'organisation suisse Dignitas.


 Il meure le 12 mars 2015, alors que le "suicide assisté" n'est toujours pas légalisé en Angleterre.


 Il me semble qu'en effet, sous certaines conditions, avec l'avis de plusieurs personnes, de médecins, des proches et du malade lui-même, il serait possible d'envisager une procédure de mort contrôlée, si c'est la meilleure option possible.

 Mais vous êtes libres d'avoir un avis différent ; c'est un sujet dont il faut débattre en prenant en compte les facteurs éthiques, moraux, scientifiques, sur la condition humaine, l'importance de la vie et de la mort.


La mort de Terry Pratchett a été annoncée sur ses réseaux
sociaux en reprenant le style de la Mort du Disque-Monde


LES ADAPTATIONS DE SON OEUVRE

 Reprenons plus joyeusement sur les adaptations qu'ont connus ses écrits.

 Il existe des téléfilms adaptés de ses romans : 
 - Les Contes du Disque-Monde (ou Hogfather), adaptation de Le Père Porcher en 2006
 - Discworld, adaptation de La Huitième Couleur et Le Huitième Sortillège en 2008, avec des grands noms de la fantasy cinématographique (comme Sean Astin, James Cosmo, David Bradley ou encore Christopher Lee pour la voix de la Mort)
 - Timbré (ou Going Postal) adapté du roman éponyme en 2010.


 Des films d’animation en 1997 adaptés de Trois Soeurcières et Accros du roc, avec Christopher Lee pour la voix de la Mort.

 Plusieurs jeux vidéos, dont Discworld en 1995, Discworld II : Mortellement vôtre ! en 1996 et Discworld Noir en 1999 qui sont des jeux d'aventures et point-and-click pour PC.

 Il existe par ailleurs plusieurs jeux de rôle et de société sur l'univers du Disque-Monde.

 Ses adaptations sont à mon avis tout à fait honorables, elles plairont aux passionnés, mais elles peinent quand-même à retranscrit l'atmosphère présente dans les romans, en particulier avec des gags qui ne fonctionnent que sur ce support.


MON AVIS SUR TERRY PRATCHETT


 J'espère vous avoir donner envie de découvrir (si ce n'est pas déjà fait) l'oeuvre de Terry Pratchett.
 Il peut potentiellement plaire à tout le monde, même si il faudra accepter l'univers de l'imaginaire dans lequel il nous entraîne (et se questionner sur son réalisme et son absurdité en même temps que l'auteur).

 Terry Pratchett est au centre de ma bibliothèque, encadré de Tolkien, Robin Hobb et autres George R. R. Martin (en bon passionné d'heroic fantasy que je suis), mais si leurs écrits ont su m’entraîner par leurs histoires et univers complexes et passionnantes, Terry Pratchett a su faire l'équivalent en y rajoutant mes styles d'humour préférés.

 Je ne les ais pas encore tous lus (ce que je ne manquerai pas de faire) et je n'ai pas touché à la version originale, mais ce que j'ai vu suffit à m'avoir rendu amoureux du style et de m'avoir attristé à la mort de ce grand homme.

 Rest In Peace Terry !


 Merci d'avoir lu !


Plus d'informations :



Revue de Mortimer (Alchimie d'un roman) : https://www.youtube.com/watch?v=PB7sCe-7bQg



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Repolitiser la non-binarité et le genre

Je suis non-binaire

L'anarchie, mouvement politique et modèle de société