CQJP #2 - Doctor Who Saison 8 - Ce Que J'en Pense




 Pour ce deuxième CQJP (Ce Que J'en Pense), il est temps de revenir sur la saison 8 de Doctor Who, étudier ce qui allait, ce qui n'allait pas et d'évoquer les craintes et espérances pour la suite, avant la sortie de la saison 9.



 J'ai déjà présenté Doctor Who sur ce blog et y ait parlé des saisons précédentes (depuis 2005) dans un article que vous pouvez consulter ici, puisque ce que j'y ai dit est toujours valable.

 Avant de commencer, SPOILER ALERT ! Ne lisez cet article que si vous avez vu la saison 8 de Doctor Who, au risque de vous faire allègrement spoualer (et puis vous aurez déjà votre propre avis à confronter au mien). Je repréciserais quand des spoilers majeurs auront lieu, si vous voulez quand même lire sans vous gâcher la surprise pour plus tard.


Bonne lecture !



DOCTOR WHO AVANT LA SAISON 8


 Doctor Who est (ou était, devrais-je dire) spécifique du fait qu'elle faisait de la science-fiction pour grand public avec un regard très british. C'est ce qui faisait son charme, sa spécificité.

 Le Docteur sauve le monde, mais il le fait en peignoir, une tasse de thé à la main. Ça, c'est ce qu'on avait dans les premières saisons.
Les Docteurs, de 1963 à 2013
 Puis, au fur et à mesure des saisons, alors qu'un certain Steven Moffat prend de plus en plus d'importance dans l'écriture des épisodes, Doctor Who perd son kitsch, son charme anglais, pour s'américaniser à base de meilleurs effets spéciaux, personnages prétendument plus profonds, intrigues tordues, inutiles et incohérentes et personnages secondaires de plus en plus agaçants.

 C'est ce que j'ai commencer à ressentir après la saison 4. Je n'ai rien contre Matt Smith, il a fait un docteur très crédible et attachant. Mais du temps de David Tennant (je suis un nostalgique de 10th, soyez prévenus), que je considère comme l'apogée de Doctor Who, la série avait réussi à avoir un rythme, un style, un humour et une écriture qui lui était propre, qui la rendait unique et intéressante.



 La série gagnant en popularité et s'expatriant à l'internationale, Doctor Who a voulu s'adapter à son public pour devenir mainstream et convenir à tous. Et Steven Moffat (pas seulement lui, mais beaucoup, quand même) en a été l'artisan. S'il fait du très bon travail ailleurs, notamment sur la géniale série Sherlock, je trouve que son influence sur Doctor Who est nocive.
 J'ai regardé les saisons 5, 6 et 7 avec une certaine gêne, comme si je voyais un peintre essayant de finir le travail d'un autre en dénaturant ce pour quoi l'oeuvre avait été faite.

 Je voyais dans l'arrivée du 12eme docteur et de la saison 8 une chance à la série de se renouveler, se reprendre et corriger les erreurs qu'elle avait faite...

 Voyons, ce qu'il en est...


RÉSUMÉ DE LA SAISON

 Clara Oswald (Jenna Coleman) essaye de s'adapter au nouveau Docteur (Peter Capaldi) qui a changé de corps et de personnalité. Mais elle a du mal à concilier sa vie normale de terrienne, occupée en particulier par Danny Pink (Samuel Anderson), et les aventures fantastiques mais épuisantes avec le Docteur à travers l'espace et le temps.
 Le Docteur tente lui aussi de se comprendre lui-même et découvre une part d'ombre au fond de lui.

(SPOILER) Pendant les 13 épisodes de la saison, on découvre la mystérieuse (ou pas) Missy qui recueille les personnages morts et qui s'avère être, comme on le découvre dans les derniers épisodes, la réincarnation du Maître, la némésis gallifreyenne du Docteur, qui veut justement faire comprendre au Docteur qu'il n'apporte pas que le Bien.


Les 12 Docteurs (13 avec "The War Doctor")
 au complet depuis 1963

 J'ai trouvé la saison oubliable, développant (continuant de développer) des intrigues forcées et au final peu intéressantes. Les Daleks sont toujours méchants, les Cybermen envahissent encore la Terre et la seule évolution qui me semble intéressante est l'affirmation du fait que les Time Lords puissent changer de sexe en se régénérant.
 Beaucoup d'importance est donnée à la compagnonne du Docteur (en fait, la saison est abordée de son point de vue) à qui j'ai du mal à m'attacher... Je reviendrais dessus, mais j'ai toujours trouvé que ce qui allait le moins bien dans Doctor Who, c'était les compagnons du Docteur. Et ici, c'est quasiment devenu le personnage principal.

 L'histoire n'étant pas particulièrement intéressante, étudions plutôt les personnages avec ce qui vace qui ne va pas...


LE DOCTEUR (PETER CAPALDI)
Pas besoin d'être jeune
quand on a ce charme !

 C'est le point fort de la saison, qui m'a permis de ne pas lâcher la série, malgré ce que je lui reproche.
 Peter Capaldi est à mon avis celui qui a le mieux incarné le Docteur (pas le meilleur ni celui que je préfère, attention, ça reste David Tennant...).
 La série a pris un pari risqué, qui contredit ce que je disais sur l'uniformisation mainstream de Doctor Who : le personnage principal, après avoir été incarné en particulier par deux beaux jeunes hommes, est maintenant joué par un acteur plus âgé (57 ans), Peter Capaldi, plus loin des canons de beauté masculine que les précédents.
 Qu'une série tout public de cette importance décide de prendre un acteur qui s'éloigne de ce qu'on voit partout ailleurs pour satisfaire le jeune public me redonne espoir.
 C'est en plus un retour aux origines de Doctor Who, les touts premiers Docteurs de la première série (depuis 1963) étant joués par des acteurs âgés sur l'avenir de la série.
 Après, ce n'est pas non plus un acteur hideux : il est toujours beau et plein de charisme. Mais plus vieux, ce qui est assez osé et fonctionne pourtant très bien.


 Outre l'aspect physique, que le Docteur lui-même commente et critique ("What's with the eyebrows ?"), le personnage du Docteur prend une nouvelle dimension. Après la bonne humeur et l'optimisme de 10th, la maladresse et l'autorité de 11th, 12th se découvre une noirceur d'âme qui lui font se poser des questions sur lui-même.

 Bien qu'il soit intéressant d'obscurcir le personnage principal, je trouve que c'est assez mal fait. On a plus l'impression qu'on veux nous faire croire qu'après plus de 50 ans de Doctor Who, ce serai la première fois que le Docteur s'interroge sur le bien fondé de ses interventions, ce qui n'est pas le cas.

 J'ai bien apprécié la punchline d'un Dalek à la fin du deuxième épisode ("I am not a good Dalek, you are a good Dalek.") mais ça avait déjà été fait dès la saison 1, prouvant bien que cette soi-disant nouvelle facette n'a rien d'innovant.



 J'ai trouvé cette dimension supplémentaire était abordée de manière très surfaite et maladroite, comme si on essayait (sans réussir) de donner une profondeur encore plus grande à un personnage déjà complexe

 C'est pourtant en théorie une bonne démarche, quoique avec David Tennant (encore lui) le personnage n'ait pas vraiment évolué alors que la série était plus intéressante que jamais...

 Mais ce Docteur était très bon et je le met en deuxième position (après Vous-savez-qui) dans ma liste de mes Docteurs préférés.

 Dommage qu'il ait quasiment été mis au second plan pour un autre personnage moins intéressant, sa compagnonne.



CLARA OSWALD (JENNA COLEMAN)


 Maintenant, les choses qui fâchent.

 Ce que j'ai à dire n'est pas contre Jenna Coleman, qui a l'air d'être quelqu'un de très sympathique, mais contre son personnage et comment il est écrit.

 Comme je l'ai dit plus haut, ce qui me dérange le plus dans Doctor Who, c'est les compagnons, que je trouve être juste des prétextes pour avoir un personnage humain (et féminin) auquel le public puisse s'identifier et qui complète le Docteur avec sa personnalité propre. Pour certains compagnons, c'était plutôt bien fait sans que la personnalité de l'un écrase celle de l'autre, comme Donna Noble (Catherine Tate) dans la saison 4.


  Quand à Clara Oswald, j'avais apprécié les efforts à rendre son personnage intéressant dans la saison 7 ("The impossible girl"), sans toutefois avoir l'impression que ce soit réussi...

 Or, dans la saison 8, Clara Oswald est redevenue une compagnonne tout à fait normale et banale, une petite terrienne, avec du caractère, certes, mais dont ses principales préoccupations sont les problèmes d'emplois du temps (???) compliqué par ses rencards avec son collègue prof de maths et ses voyages en TARDIS...

 Mais, non content que le personnage ait simplement perdu son intérêt, il essaie d'enlever celui du personnage central de la série, le Docteur.
 Ainsi, au cours de la saison 8, le Docteur est quasiment mis au second plan pour mettre en valeur la platitude du personnage de Clara Oswald. Si je ne suis pas contre (au contraire) le fait de voir un personnage secondaire prendre de l'importance, je n'aime pas que ça empiète sur le personnage principal, mais plutôt que ça le complète.
 Et Steven Moffat sait le faire : regardez Sherlock ! Watson est un personnage avec de la personnalité et un caractère propre qui, tout en permettant au public de s'identifier, n’empiète pas sur le personnage de Sherlock, il apporte une contrepartie aux capacités du détective qui en font un personnage intéressant, complexe mais équilibré, n'écrasant pas celui de son partenaire...
 Du coup je trouve dommage que le personnage de Clara Oswald soit raté.


"I'm the Doct... Clara Oswald"
 D'accord, vous avez essayez de faire un personnage avec de la personnalité, de la force et qui prend même parfois la place, le nom et le rôle du Docteur. Si vous souhaitez rééquilibrer l'importance des personnages entre le Docteur et les compagnons, c'est votre droit et je l'encourage tant que les personnages ont de l'intérêt.
 Mais pas au point de détruire le personnage principal !

 La série a souvent été taxée d'un certain sexisme et j'ai l'impression qu'ils ont voulu changer ça en donnant plus d'importance à la compagnonne du Docteur. Mais si vous voulez voir les rôles s'inverser ou au moins s'équilibrer, faites un Docteur femme, ça marchera bien mieux que de donner des compagnons qui tentent d'écraser le personnage principal !
 L'idéal serait de trouver un équilibre où les deux personnalités s'opposent et/ou se complètent, sans se détruire, ce qui n'était pas loin d'arriver à certains moments (notamment avec Donna Noble ou River Song).

 Bref, je vais arrêter de m'acharner sur ce personnage, mais le fait que Clara Oswald sera encore la compagnonne pour la saison 9 m'inquiète un peu. J'espère que les erreurs seront corrigées...



LES AUTRES PERSONNAGES


 Qu'en est-il des autres personnages ? 

Danny Pink, ancien soldat recyclé en prof de maths

- Danny Pink (Samuel Anderson)



 Comme apparemment Clara Oswald est déstabilisée et frustrée que "son Docteur" ne soit plus le beau jeune homme qu'il était mais un vieil écossais aux sourcils énervés, elle se rabat sur un pauvre petit humain, un collègue prof de Maths, Danny Pink.

 Pourquoi pas. Le personnage est-il intéressant ?


 Pas vraiment... Il apporte quelques éléments qui compliquent un peu l'intrigue, mais sinon il fait un peu partie du décor...

 Après, je l'ai trouvé assez attachant, mais étant donné qu'il est présenté comme un pauvre garçon sympathique, tout ce qu'on pense de lui, c'est de la pitié pour son passé militaire et ses complications dans l'amourette avec Clara. Mais c'est tout. De la pitié et quasiment rien d'autre.
 C'est donc un personnage assez oubliable au final.

 Par contre je n'ai pas trop compris ni apprécié le délire du Docteur qui s'acharne sur lui en disant qu'il est prof de Sport, comme si c'était une insulte. Je n'aime pas vraiment le sport, mais je ne sais pas quels préjugés le Docteur a dessus, ça m'a un peu mis mal à l'aise...




"Aren't we a lovely couple ?"
- Missy (Michelle Gomez)

(SPOILERS de fin de saison)


 "Missy", ainsi que ce fait appeler la réincarnation du Maître, le Time Lord qui s'oppose au Docteur, était une tentative intéressante.
 Le Maître tel qu'il avait été présenté avant ne m'avait pas particulièrement plu. Mais cette régénération est un peu mieux, sans toutefois être vraiment excellente.
 On sent que le Docteur est gêné face à elle, qu'il ne sait pas comment réagir et elle en profite pour se jouer de lui. Par contre ses motivations sont un peu nulles... Donner une armée de Cybermen au Docteur pour qu'il se rende compte qu'il n'est pas un homme bon, c'est plutôt bof...

 Mais je crois que l'intérêt de ce personnage était surtout d'introduire la règle de changement de sexe possible entre deux régénérations. Essaie-t-on de nous préparer la même chose pour le Docteur ? Est-ce juste du matériau supplémentaire pour les fan-fictions ?

 Ce que je soupçonne, c'est que Steven Moffat prépare sa sortie de Doctor Who (peut-être même la fin de la série) et qu'il veut en partir en laissant derrière lui un beau bazar qui ferai parler de lui. Terminer Doctor Who par un Docteur (e ?) en femme, sans qu'elle puisse avoir ses propres saisons, serait un peu frustrant mais complètement dans le style de ce coquin de Steven...


CONCLUSION ET ANTICIPATION DE LA SAISON 9


 Pour résumer, j'ai été déçu par cette saison 8.

 L'histoire n'est pas passionnante et les personnages ne sont guère plus intéressants.
 Je saluerais quand même l'effort de Steven Moffat d'essayer de corriger ce qu'on lui reprochait, par exemple avec un meilleur équilibre dans la diversité des personnages, ce qui avait un peu disparu avec les dernières saisons...


 Et pour la saison 9 ?


 Pour le moment, on part sur de mauvaises bases, car après avoir dit 15 fois adieu au Docteur, Clara Oswald sera toujours la compagnonne du Docteur pour la saison...

 On ne peut qu'espérer que les erreurs seront corrigées, que l'histoire et les personnages seront plus intéressante...
 Pas grand chose à dire sur le cast annoncé, sinon que je suis curieux de voir ce que va donner Maisie Williams (Arya dans Game of Thrones) dans la série ou comment va continuer l'intrigue avec Missy.


 Pour terminer, voici un trailer de la saison 9, qui devrai arriver le 19 septembre sur la BBC, et qui nous fait un petit étalage de ses plus jolis plans (dont beaucoup en CGI) :





 Et vous ?

 Qu'avez-vous pensé de la saison 8, de ses intrigues et de ses personnages ?
 Qu'attendez-vous de la saison 9 ?

 N'hésitez pas à répondre et à me donner votre avis sur cet article dans les commentaires en dessous ou bien sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter)



Merci d'avoir lu !


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Repolitiser la non-binarité et le genre

Je suis non-binaire

L'anarchie, mouvement politique et modèle de société